Rue du Dragon-Couché / Wei-jan Chi

Livre

Chi, Wei-jan. Auteur

Edité par Calmann-Lévy. Paris - 2019

Professeur de théâtre en crise devenu détective privé cherche à s'innocenter après s'être mis dans de beaux draps. Que faire à Taipei quand on adore le roman policier, la philosophie et le Kung-fu sinon s'installer Rue du Dragon couché, au coeur du quartier des pompes funèbres, et y devenir détective privé ? C'est ainsi que Wu-cheng, dramaturge raté qui en veut à tout le monde après que son couple s'est désagrégé, décide de tout envoyer valser : il quitte son poste à l'université, déménage et devient détective privé par amour des intrigues. Très vite, il reçoit la visite d'une certaine Mme Lin, inquiète que sa fille ne parle plus à son père. Une histoire a priori anodine mais qui, une fois réglée, lui redonne des ailes : le voilà convaincu de pouvoir traquer le premier serial killer de Taïwan, un bouddhiste fou. Passionné, il se donne corps et âme dans l'enquête, se déplaçant sur les scènes de crime... jusqu'à éveiller les soupçons de la police. RDV étranges, caméras de surveillance et ragots divers, tout l'incrimine. Une seule solution : débusquer ce meurtrier qui semble très bien le connaître...

Voir la collection «Robert Pépin présente...»

Autres documents dans la collection «Robert Pépin présente...»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Rue du dragon couché 1/5

    Je n’ai pas du tout accroché à l’humour taïwanais et au style de l’auteur. Les plaisanteries chinoises du détective m’ont laissée de marbre, car je n’ai pas su les comprendre. En outre, n’ayant aucune culture bouddhiste, je n’ai pas toujours compris les références citées dans le roman. A part cela, l’intrigue avec le serial killer dans la seconde moitié du livre, est relativement prenante. On découvre progressivement les liens entre ce serial killer et le fameux détective, ancien professeur de théâtre. Globalement, je n’ai pas trop aimé, mais je suis allée jusqu’à la fin.

    par FLA Le 06 juillet 2019 à 17:19