Red Rose

VOD

Farsi, Sepideh (Réalisateur)

Téhéran, juin 2009, au lendemain de l’élection présidentielle usurpée. Le tumulte d’une ville qui tangue sous la « Vague verte » de contestation. Un appartement comme lieu de refuge. Un homme et une femme de deux générations différentes. Un téléphone portable et un ordinateur pour relayer les nouvelles de la révolte. Une histoire d’amour qui bouleversera le cours de deux existences.

Regarder la vidéo ou écouter le morceau

Consulter en ligne

Suggestions

Sur le même sujet

Harry Potter, le grand livre des créatures / Jody Revenson | Revenson, Jody

Harry Potter, le grand livre des créatures / ...

Livre | Revenson, Jody | 2014

"Détraqueurs et elfes de maison, mandragores et strangulots, sombrals et acromentules, dragons et loups-garous... nombreuses et merveilleuses sont les créatures qui peuplent l'univers fantastique de Harry Potter. C'est toute cette...

Musiques de cinéma pour les petites oreilles : Hollywood / Jean-François Alexandre | Alexandre, Jean-François

Musiques de cinéma pour les petites oreilles ...

Musique audio | Alexandre, Jean-François | 2013

L'oncle d'Amérique, compositeur de musiques de films à Los Angeles, rend visite à sa nièce en France. Lors d'un weekend, il lui présente les grands films du cinéma hollywoodien et l'emmène dans un voyage au coeur des plus belles m...

Littérature et cinéma / Jeanne-Marie Clerc | Clerc, Jeanne-Marie (1941-....). Auteur

Littérature et cinéma / Jeanne-Marie Clerc

Livre | Clerc, Jeanne-Marie (1941-....). Auteur | 1995

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Pour découvrir un peuple, une histoire et une réalisatrice 3/5

    L’histoire se passe à Téhéran. Grace à un montage original l’histoire mêle des images d'archives des manifestations de 2009 (« la vague verte ») avec une histoire d’amour. C’est la rencontre entre une femme qui représente une jeunesse qui veut plus de libertés et un homme qui a participé à la révolution iranienne de 1979 et qui reste reclus chez lui. La réalisatrice nous fait partager le sentiment d’oppression que peuvent ressentir les personnages mais elle y apporte une touche de légèreté. La très belle bande son est d’Ibrahim Maalouf.

    par valerie N, la Médiathèque Le 24 octobre 2018 à 17:33