Le baroque nomade / Jean-Christophe Frisch

Livre

Frisch, Jean-Christophe. Auteur

Edité par Actes Sud Editions. Arles - 2014

Ce livre met en scène d'incroyables rencontres. A partir du XVIIe siècle, dans le sillage de l'expansion coloniale européenne, des musiciens quittent l'Italie, la France ou le Portugal pour s'établir à Pékin, Chandernagor ou sur les hauts plateaux d'Abyssinie. Leurs voyages pittoresques ont donné lieu a de surprenantes joutes musicales, où luths et violes de gambe croisaient les instruments des "indigènes". Un même concert pouvait réunir pipa, zheng et clavecin devant le Fils du Ciel, qui jouait lui-même de cet instrument. Un ambassadeur du Japon a fait le tour de la planète pour rapporter une viole de gambe dans son pays natal. Teodorico Pedrini, moine lazariste, a mis dix ans pour accomplir le trajet qui le séparait de son nouveau maître : l'empereur

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Sur le même sujet

L'Art décoratif en Europe. Tome 02, Classique et baroque / sous la dir. de Alain Gruber |

L'Art décoratif en Europe. Tome 02, Classique...

Livre | 1992

La tragédie classique (1550-1793) : histoire, théorie, anthologie / Jean Rohou | Rohou, Jean (1934-....). Auteur

La tragédie classique (1550-1793) : histoire,...

Livre | Rohou, Jean (1934-....). Auteur | 2009

Cet ouvrage propose une définition du tragique comme contradiction inévitable et insoluble parce qu'elle est constitutive de la condition et de la personnalité humaines à des moments de transformation historique fondamentale, où l...

Histoire du monde de 1492 à 1789 / dir. Jean Delumeau | Delumeau, Jean (1923-....)

Histoire du monde de 1492 à 1789 / dir. Jean ...

Livre | Delumeau, Jean (1923-....) | 2010

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • « Grandes découvertes de musique » 4/5

    Cet ouvrage s’est lancé à la recherche de la vie de musiciens voyageurs à la période baroque. Que ce soient par les ambassadeurs, les jésuites, les pèlerins, la cour royale de Charles XII en exil… le XVIIIe siècle a vu des musiciens européens arriver dans des contrées lointaines et exotiques, qui avaient leurs propres musiques et instruments. JC F recherche des témoignages de rencontres qui ont eu lieu et de leurs influences. Ainsi, n’est-ce pas enthousiasmant de savoir qu’en 1720 Joseph Marie Amiot a écrit de la musique chinoise dans le plus pur style. L’empereur Kangxi lui-même jouait du clavecin dont il possédait plusieurs exemplaires, Teodorico Pedrini étant à son service pour les accorder et l’enseigner à ses enfants. N’est-ce pas étrange de penser que le franciscain Francesco Suriano découvre en 1480 « un orgue grand et orné à l’italienne » dans une église sur le plateau abyssinien en Ethiopie à 12 jours de marche de la ville la plus proche. Et essayez d’imaginer : le frère de JS Bach, Johann Jakob, est musicien à la cour de Suède (il joue du hautbois). Mais voilà qu’après la défaite face à la Russie de Pierre le Grand il se trouve exilé avec son roi à Constantinople, à la cour du sultan Ahmed III son alllié. La vie musicale y est à la hauteur de cet empire puissant, embrassant un grand nombre de langues, de traditions, de cultures. Les musiciens y sont persans, moldaves, grecs, turcs, polonais et on y joue du santur, du tanbur, du ney, du miscal… Retrouvez toutes ces anecdotes étonnantes et passionnantes dans cet ouvrage à l espace musique. Au-delà des faits historiques, politiques et religieux, et malgré le peu d’impact à nos jours dans l’évolution de chacune de ces cultures, il est toujours réjouissant de compter ces instants d’ouverture à l’autre et de partage dans ce que l’humanité a de plus civilisé !

    par Isabelle F. Le 20 février 2019 à 16:00