La route intérieure / L'Attirail

Musique audio

Attirail (Ens. instr.)

Edité par Absilone - [2015]

L'envolée du chapeau mou. Alliksaar gare. La mexicaine de perforation. Bréviaire du sicaire. Baba zastava. El comprador. Dusty lullaby. Le retour d'Aristobule. Le microfilm turkmène. Nervi au tapis. L'orpailleur ottoman. Le corridor de latchin. Flying with Yosi. Karabiga. Le mine de Balanjar. Le rossignol albanais. Baleybelen. Horky parky.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Consulter en ligne

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

La Bolchevita / L'Attirail, ens. instr. | Attirail (Ens. instr.)

La Bolchevita / L'Attirail, ens. instr.

Musique audio | Attirail (Ens. instr.) | 2002

Sélection : Les avis de La Médiathèque - Septembre 2017

Du baiser au bébé / Réalisé par Thierry Berrod | Berrod, Thierry - Réal.

Du baiser au bébé / Réalisé par Thierry Berro...

Vidéo | Berrod, Thierry - Réal. | 2005

Blood pressures / Kills (The) | The Kills. Musicien

Blood pressures / Kills (The)

Musique audio | The Kills. Musicien | 2011

Jamie Hince et Alison Mosshart, de retour après l'échappée Dead Weather avec Jack White, sont de retour avec leur quatrième album, le très attendu successeur de Midnight boom. Guitares incandescentes, rythmes syncopés, et voix cha...

La route intérieure / L'Attirail | Attirail (Ens. instr.)

La route intérieure / L'Attirail

Musique audio | Attirail (Ens. instr.) | [2015]

L'envolée du chapeau mou. Alliksaar gare. La mexicaine de perforation. Bréviaire du sicaire. Baba zastava. El comprador. Dusty lullaby. Le retour d'Aristobule. Le microfilm turkmène. Nervi au tapis. L'orpailleur ottoman. Le corrid...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Andrei Roublev 3/5

    Laissez-vous envouter par cette magnifique fresque historique sur un peintre d’Icones. La caméra d’Andrei Tarkovski explore le temps et pose un regard sur la création, le rêve mais ses films nous amènent aussi à réfléchir. Ici on est bercé par les images, les lieux et la langue russe. Un film aussi puissant qu’une cantate ou un requiem. Il aimait filmer la nature, les objets et surtout l’âme humaine car Andrei Tarkovski film l’invisible et rappelle l’essentiel. Si vous souhaitez en apprendre plus sur ce réalisateur solitaire qui a tout quitté pour se consacrer à sa démarche artistique, lisez le temps scellé disponible à La Médiathèque.

    par valérie N. La Médiathèque de Levallois Le 06 octobre 2017 à 10:37